MODE OPERATOIRE


Pour consulter les goguettes chantées au Limonaire, selectionnez-les dans la partie de droite ARCHIVES DU BLOG.


Pour ajouter une goguette: Cliquez ici pour les explications pour ajouter une goguette

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

mardi 28 juin 2016

Chanté le : 27.06.16
Auteur de la chanson originale: Bérurirers noirs
Titre original: Salut à toi
Goguettier: Noé
Texte de la goguette:

Salut à toi Limonaire
Salut à toi cité Bergère
Salut à toi le goguettier
Salut à toi qui chante jamais
Salut à toi le chambellan
Salut à toi Renaud Séchan
Salut à toi qui sert les bières
Salut à toi la Serpillère

Salut à toi Picompagnie
Salut à vous les thèmes pourris
Salut à toi qui chante pas bien
Salut à vous les musiciens
Salut à vous les spontané(e)s
Salut à toi J’me fais pas chier
Salut à toi qu’est de passage
Salut à toi Soixante-quinze

Salut à toi qu’est en cuisine
Salut à toi Air Cocaïne
Salut à Michel Galabru
Salut Mathilde est revenue
Salut à toi la Nuit debout
Salut à C’est c’qu’elles disent toutes
Salut à toi le Bataclan
Salut à toi manifestant

Salut à toi le micro
Salut à toi le piano
Salut à toi l’accordéon
Salut Aco et le Japon
Salut à toi le ventilo
Salut à vous les goguenots
Salut à toi putain de socle
C’est là qu’elle est ma paire de Docs

Salut à toi Petit journal
Salut à toi le cardinal
Salut à ceux de Chez ta mère
Salut à toi Egypt air 
Salut à toi Monsieur Philippe
Salut à toi le Brexit
Salut à toi Station service
Salut à toi Monsieur Clovis

Salut à toi le Medef
Salut à toi Michel Delpech
Salut à toi le Président
Salut à vous tous les sans-dents
Salut à toi le FN
Salut à vous tous les Le Pen
Salut à vous les députés
Salut à toi l’actualité 

Salut à toi François Ruffin
Salut à GI Joe Dassin
Salut à Monsieur Anselme
Salut à toi Greco-Romaine
Salut à Richard Grosvénère
Salut à Valentin Vander
Salut à toi Salbatard
Salut aussi à Joey Starr

Salut à toi Hanouna
Salut à toi le Panama
Salut à Stan et tous les autres
Salut ma blague de C’est mon pote !
Salut à Jérôme Cahuzac
Salut à toutes ses p’tites arnaques
Salut à toi jolie Soha
Salut aussi à Natacha

Salut à Pascal(e) et Annie
Salut à toi
David Bowie
Salut à vous les grandes régions
Salut à toi le bon Picon
Salut bloqueurs de raffineries
Salut à toi la pénurie
Salut à toi l’inondation
Salut à toi le zouave du pont

Salut à vous les Balkany
Dites bien bonjour à Sarkozy
Salut aussi à toi Jawad
Salut aux connards du Jihad
Salut aux goguettes en trio
Salut à toi la météo
Salut à toi Euro de foot
Salut à toi le 22 août

Salut à toi l’ouverture
Salut à toi la fermeture
Salut à vous Vous faites pas d’pintes ?
Salut les Farc, finie la junte
Salut à toi T’as une goguette ?
Salut au salé dans les assiettes
Salut aux assiettes de desserts
Salut à toi l’bar est ouvert


Ces gens là (Ces gens là - Jacques Brel)

Chanté le : 27 Juin 2016
Auteur de la chanson originale : Jacques Brel
Titre original : Ces gens là
Goguettier : Guillaume
Texte de la goguette :

D'abord,

D'abord y'a les mots
Les mots qu'ils ont volé
Les mots qu'il volent encore
A longueur de JT, Monsieur
Les mots perdus
Ou bien démodés
Qu'on entend jamais plus
Qu'on ne sais même plus penser
Parce que c'qu'on ne dit pas
Ben ça n'existe pas

Et puis ceux qu'ils inventent
Ceux qu'ils osent râbacher
Et qu'on voit se pointer
Dans toutes les matinales
Raide comme des lundi
Bons comme des oeufs de pâques
Et puis qu'on balbutie
Des mots qui font des vagues

'Faut vous dire Monsieur
Que chez ces gens-là
On ne parle pas Monsieur
On ne parle pas
On communique

Et puis il y a les images
Qu'on nous jette dans les yeux
Dans un ordre bien écrit
Une durée définie
Même qu'on ne se rend plus compte
De ce qu'il rentre sous nos cheveux
Ya d'l'armée cagoulée
Des affiches qui gigottent
De la blonde qui sirote
Ou du débat bien creux
Et que c'est pas fini
Ca fait les petites affaires
Des petits gars tout là haut
Dans leurs petits bureaux
Avec leurs petits crédos
Qui pensent que toute la terre
C'est des cons c'est des boeufs
Et que pour les faire taire
Les images y'a pas mieux

Faut vous dire Monsieur
Que chez ces gens-là
On ne montre pas Monsieur
On ne montre pas
On triche

Et puis il y a le reste
Les fait qu'on ne dit pas
Ou bien qu'on veut cacher
Et du soir au matin
On ta rabâche les vitres
Et on oublie les chiffres
Les chiffres qui font du bien
Qui disent qu'on va gagner
Qu'on est pas qu'on troupeau
Bon qu'a se faire matraquer
Et ça fait des beaux rêves
Et ça fait des beaux rêves

Et puis il y a Gafa
Qu'en finit pas de grossir
Qui rachète des drones
Des armes et du génome
Et qu'on écoute même pas
Ce que ces achats racontent
Faut vous dire Monsieur
Que chez ces gens-là
On ne cherche pas pas Monsieur
On ne cherche pas
On googlise

Et puis
Et puis il y a tout ça
Tout ceux qu'existent pas
Des volcans pleins les tripes
Et des rêves pleins la voix
Même qu'on se dit souvent
Qu'il nous prennent pour des cons
Avec leurs tas de fils blancs
Et avec tous leurs murs
Nous notre monde il sera grand
Et il fera bon y être
Et même si c'est pas sûr
C'est quand même peut-être

Parce qu'on vaut mieux qu'ca
Parce qu'on vaut mieux qu'ca

Les autres ils disent tout haut
Que l'monde il est pas beau
Et qu'on le changera pas
En chantant un peu faux
J'ai jamais chanté faux
Ou alors y a longtemps
Ou bien j'ai oublié
Ou c'était du sardou
Enfin un truc comme ça

Parfois quand je m'endors
Juste avant de rêver
Je les vois les petits les pions
Je vois nous tous qui marchons
La belle insurrection
Alors pour un instant
Pour un instant seulement
Alors moi j'y crois, Monsieur
Pour un instant
Pour un instant seulement

Parce que si on dégage tout ça
Monsieur à la place on met quoi
On est pas prêts pour ça Monsieur
On est pas prêts pour ça

Il est pas trop tard Monsieur
Il faut qu'on y pense

Les parasites (Les Anarchistes - Léo Ferré)

Chanté le : 27 Juin 2016
Auteur de la chanson originale : Léo Ferré
Titre original : Les Anarchistes
Goguettier : Guillaume
Texte de la goguette :

 Y'en a pas un sur cent et pourtant ils existent
La plupart industriels allez savoir pourquoi
Faut croire que l'industrie ça fait des dents comme ça
Les parasites

Ils ont tout ramassé
Le public le privé
Ils ont choppé tout l'or
Ils en demandent encore
Pour que ça fasse moins peur
On dit investisseurs
Ils sont 7 8 familles
Mais j'peux te dire que ça brille

Y'en a pas un sur cent et pourtant ils existent
La plupart fils de pute ou bien fils à papa
On en a rien à carrer pourtant on entend que ça
Les parasites

Il faut bien se rappeler
Qu'la part du PIB
Qui part à l'investissement
C'est 70%
La part réinvestie
30% mon ami
Ca fait une jolie rente
Un pactole de quarante pour-cent du produit intérieur brut

Y'en a pas un sur cent et pourtant ils existent
Et s'il faut commencer par les coups d'pied au cul
Faudrait pas oublier comme ils nous chient dessus
Les parasites

Ils ont tout justifié
Tous les millions volé
En faisant croire qu'sans eux
On est rien que des gueux
Tout seuls on sait gérer
Un bar tout les lundis
Pourquoi pas un quartier
Pourquoi pas un pays

Y'en a pas un sur cent et pourtant ils existent
Et s'il nous faut trouver une cible au combat
Il faut pas oublier la gueule de ces types là
Les parasites

lundi 13 juin 2016

Oh Franz Olivier (Aux Champs-Elysées - Joe Dassin)

Chanté le : 06/06/2016
Auteur de la chanson originale: Joe Dassin
Titre original: Aux Champs-Elysées
Goguettier: Anna
Texte de la goguette:

Afficher l'image d'origine

C’est vrai qu’depuis les attentats
T’as rejoint un syndicat
Toi le petit terroriste, radicalisé
Maintenant que Jawad est en tôle
Plus moyen d’crécher dans une piaule
T’inquiète viens donc nous retrouver, à la CGT
A la CGT padapadapa
A la CGT padapadapa
Les barbus, la kalach’
Si tu trouvais ça balèze
Viens donc admirer la moustache
D’Phillippe Martinez

*

On dirait  bien qu’Monsieur Giesbert
Il croit que tous les fonctionnaires,
Les djihadistes et les précaires
C’est la même affaire
Faut dire que l’sens de la nuance
Est devenu un vrai enfer
Depuis que tous les prolétaires, ressemblent à Hitler
Oh, Franz Olivier, padapadapa
Oh Franz Olivier, padapadapa
J’vais te faire l’équivalent,
Cet éditorial indécent,
C’est contre le journalisme mon gars
Qu’c’est un attentat

*

Dans l’Point les éléments d’langage
C’est qu’la lutte conduit au chômage
Que les grèves nous prennent en otage, que c’est du chantage
Franz Olivier t’as passé l’âge
Faut songer à tourner la page
Mais la vieillesse est un naufrage, c’est un carnage
Oh Franz Olivier, padapadapa
Oh Franz Olivier, padapadapa
Le niveau d’ta réflexion
A d’quoi éblouir un lampadaire
Ou les crétins gyroscopiques de C dans l’air

*

On va rigoler un bon coup
Jte propose une partie d’taboo
Tu sais ce jeu de société aux mots interdits
T’as plus l’droit de dire : optimiser,
Concurrence, Flexibilité
Te voilà hors d’état pauvre naze d’aligner une phrase
Oh Franz Olivier, padapadapa
Oh Franz Olivier, padapadapa
Maintenant faut s’arrêter
Retourne donc à tes marroniers
Les francs-maçons, l’immobilier, toute la vérité
Tu nous sers ta soupe libérale                                        
Tous les mardis dans ton journal
Moi en chansonnette j’la vomis, tous les lundis


jeudi 2 juin 2016

Frangines (Frangines - Anne Sylvestre)

Chanté le : 30 mai 2016
Auteur de la chanson originale: Anne Sylvestre
Titre original: Frangines
Goguettier: Inés et Lucía
Texte de la goguette:


Au retour de l'école déjà
En amour plus que débutante
Bretelles de cartable sous les bras
Elle passe devant toi et te tente
Tu la siffles et la dévisage
Elle n'avait qu'à bien se tenir
Déjà complexée à son âge
Qu'on n'attende pas ton repentir

Imagine ce s'rait ta frangine
En aurais-tu fait autrement ?


Ni compliment ni haute estime
Tu n'as provoqué que tourment
Celle que tu considéras « bonne »
Avait à peine plus de douze ans

À l'âge d'aimer les garçons
Un regard eût pu lui suffire
C'est ta main sur son pantalon
Mais c'est elle qu'on prend à rougir
Déjà sûre que c'est de sa faute
Qu'elle aurait du baisser les yeux
Ne pas garder la tête haute
Ou bien prendre un air plus sérieux

Imagine ce s'rait ta frangine
En aurais-tu fait autrement ?
Ni compliment ni haute estime

Il n'aura pas fallu longtemps
Pour qu'elle déduise de tes dérives
Quel est le bon comportement

Un peu plus tard c'est sur le quai
D'un métro tardant à venir
Qu'elle se retrouva insultée
Pour n'avoir pas voulu sourire
Un « salope » de plus ou de moins
Elle apprend à s'habituer
Si elle recroise ton chemin
Elle saura comment t'apaiser...

Imagine ce s'rait ta frangine
En aurais-tu fait autrement ?
Ni compliment ni haute estime

Mais la peur de rendre violent
Celle qui voulait rentrer chez elle
Ne sortira plus si souvent
À force d'être confrontée
À de tels homo erectus
La jeune fille apprend à cacher
Ce qui fait qu'on lui dit « tu suces ? »
Veste et bonnet passé onze heures
Mais sait-on jamais attention
En cas d'attaque d'un prédateur
On lui reproch'ra ses talons...

Si on pouvait frangins, frangines
Tous avoir le même discours
Qu'on ait ou pas de la poitrine
Condamner les actes vautours
On ferait ptêtre changer les choses
Et je suppose aussi les gens
On ferait ptêtre changer les choses
Allez on ose ! Il est grand temps.

Comme Jean-Jacques (Comme Toi - Jean-Jacques Goldman)

Chanté le : 30 mai 2016
Auteur de la chanson originale: Jean-Jacques Goldman
Titre original: Comme toi
Goguettière: Véronique
Texte de la goguette:
« Puisque tu pars » même si tu restes un enfoiré
Ce n'est pas une « bonne idée » et ça va bien foirer
« Je te donne » cette chanson fruit de ton imagination
« Quand la musique est bonne » quand la musique donne
Quel bonheur « c'est ta chance » « pas l'indifférence »
« Envole-moi » « encore un matin » un matin pour rien

Comme Jean-Jacques, comme Jean-Jacques, comme Jean-Jacques, comme Jean-Jacques
Comme Jean-Jacques, comme Jean-Jacques, comme Jean-Jacques, comme Jean-Jacques
Comme toi que je regarde « là-bas »
Comme toi à Marseille, c'est plus pareil
Comme Jean-Jacques comme Jean-Jacques
Comme Jean-Jacques comme Jean-Jacques

Tu as donné 30 ans pour cette noble cause
Comme Coluche avant toi je suis « des vôtres » pour la cause
Je sais bien « à quoi tu sers » « tout au bout de mes rêves »
« Juste quelques hommes » « juste un petit moment »
« Nous ne nous parlerons pas » pour « veiller tard »
« Quelque chose de bizarre » « bienvenue sur mon boulevard »

Comme Jean-Jacques, comme Jean-Jacques, comme Jean-Jacques, comme Jean-Jacques
Comme Jean-Jacques, comme Jean-Jacques, comme Jean-Jacques, comme Jean-Jacques
Comme toi que je regarde là-bas
Comme toi à Marseille, c'est plus pareil
Comme Jean-Jacques comme Jean-Jacques
Comme Jean-Jacques comme Jean-Jacques

Il s'appelle Goldman il a 65 ans
Sa vie c'étaient chansons et plein de compositions
« Je chante pour ça » « je marche seul » « je l'aime aussi »
« Dans mes délires psycho-maniaco-psychotiques »
Je vois « rouge » « entre gris clair et gris foncé »
« Il suffira d'un signe » pour « nos actes manqués »

Comme Jean-Jacques, comme Jean-Jacques, comme Jean-Jacques, comme Jean-Jacques
Comme Jean-Jacques, comme Jean-Jacques, comme Jean-Jacques, comme Jean-Jacques
Comme toi que je regarde là-bas
Comme toi à Marseille, c'est plus pareil
Comme Jean-Jacques comme Jean-Jacques
Comme Jean-Jacques comme Jean-Jacques

mardi 31 mai 2016

Fils de pute (Laisse Béton - Renaud)

Chanté le : 30.05.16
Auteur de la chanson originale: Renaud
Titre original: Laisse Béton
Goguettier: Noé
 Texte de la goguette: Fils de pute



J’étais en stress, pas très peinard
J’faisais la queue d’vant la station
Histoire de faire l’plein du camion
Un type a surgit de nulle part
Il me dépasse de par la droite
Piqué au vif, moi j’le rattrape
Il claironne façon bonhomme 
"Wesh le Rom !
Bah quoi, dis-moi, t’es pas content ?
Tu veux qu’on frite, ah ! Je t’attends
J’vais t’faire passer le gout du pain
Celui qui gagne peut faire le plein

Y’en a maxi pour 3 minutes"
Moi j'y ai dit : "Fils de pute ! "

Il a brisé ma vitre, 
Ça l’a rendu badass,
Il m’a dit "Fais pas le pitre !",
 J’y ai filé ma place

Un peu nazbrock, en PLS
J’faisais la queue d’vant chez BP
Le type est sorti de sa caisse
Pour s’agiter comme un taré
J’te l’ai choppé par le colbac
Il m'a parlé pareil qu’un mac
"R’garde ton museau, fillot 
Ça fait travlo !
Dis-moi le prix pour une passe
Viens faire un tour dans cette impasse
Surtout ne fouette pas ma belle
Question pognon j’ai qu’pour l’diesel
Tu m’f’ras un prix sur la turlute
"
Moi j'y ai dit : "Fils de pute ! "

Il a sorti son cric, 
J’ai pris un plot orange
Il m’a mis un law-kick, 
J’y ai fais la vidange

J’voulais mourir, j’ai réfléchi
J’ai attendu l’milieu d’la nuit
Une meuf surgi à fond les basses
J’ai bien cru qu’elle sortait d’boite,
Hyper vénère, là je déboite
Et je lui dit à cette connasse :
"Dis-moi Fangio, prend un lexo
T’es en Punto !
J’parie qu’c’est pas celle de McQueen
C’est même une citadine
On m’a fait chier toute la journée
Tu peux être sûre, j’vais pas t’louper
Attends un peu que j’te bizute ! "
Elle m’a dit : "Fils de pute ! "

Elle a pris un marteau,
Sorti d’sa boite a gants
J’suis r’tourné au volant, 
J’ai fui comme un blaireau

Quand la pénurie frappe le pays
Plutôt que de se faire la guerre
Faudrait pas s’tromper d’adversaire
Aider l’blocage des raffineries
Quand à la fin d'une goguette,
Tu es en sueur dans ton camion
Y’t’faut d’l’autodérision
Pour plus faire le plein en cachette